Ce site utilise des cookies pour simplifier et améliorer votre utilisation et expérience de ce site Web. Les cookies sont des petits fichiers texte enregistrés sur l'appareil que vous utilisez pour accéder à ce site Web. Si vous ignorez ou fermez ce message et continuez de naviguer sans désactiver les cookies dans les paramètres de votre navigateur, nous assumons que vous consentez à notre utilisation des cookies sur ce site Web. Pour plus d'informations sur notre utilisation des cookies, veuillez consultez nos conseils d'utilisations et notre déclaration de confidentialité.
Ce site utilise des cookies pour simplifier et améliorer votre utilisation et expérience de ce site Web. Les cookies sont des petits fichiers texte enregistrés sur l'appareil que vous utilisez pour accéder à ce site Web. Si vous ignorez ou fermez ce message et continuez de naviguer sans désactiver les cookies dans les paramètres de votre navigateur, nous assumons que vous consentez à notre utilisation des cookies sur ce site Web. Pour plus d'informations sur notre utilisation des cookies, veuillez consultez nos conseils d'utilisations et notre déclaration de confidentialité.

Stationnement

Publié le 10/07/2017

Stationnement
Expertise

LES RISQUES DU STATIONNEMENT LONGUE DURÉE SUR LA VOIE PUBLIQUE



L’été dernier, la question du stationnement longue durée sur la voie publique dans la capitale, avait fait couler beaucoup d’encre. Le Commissaire en chef, Christian Guillaume, du Service Régional de la Police de la Route a répondu à nos questions.

La Police grand-ducale procède-t-elle à la mise à la fourrière d’un véhicule stationné plus de 24 heures sur la voie publique ?

En règle générale, non. Comme l’explique le Commissaire en Chef, Christian Guillaume, la police n’intervient que si elle est appelée parce qu’un véhicule, contrevenant à un panneau de signalisation « stationnement interdit » (C,18), représente une gêne par exemple pour une manifestation ou un chantier et que la mise à la fourrière est la seule solution.

Pourquoi parle-t-on de 24 heures ?

En fait, ce délai peut varier d’une commune à l’autre. Il est prévu par le règlement communal. Il convient donc de se renseigner auprès de sa commune. Pour la Ville de Luxembourg, le règlement prévoit qu’il est interdit de laisser parqué ou stationné un véhicule au-delà de 24 heures sur la voie publique. En effet, si la commune doit, pour une manifestation, un chantier ou un déménagement, interdire certaines places au stationnement pendant un certain délai, elle posera les panneaux de signalisation C,18 au moins 24 heures à l’avance, laissant donc aux usagers le temps de déplacer leur véhicule puisqu’ils sont sensés le faire toutes les 24 heures.

Est-ce qu’une vignette résidentielle permet de contourner cette règle des 24 heures ?

Avec ou sans vignette résidentielle, la règle du temps maximum de stationnement sur la voie publique, par exemple 24 heures dans le cas de la Ville de Luxembourg, est d’application. Et Christian Guillaume rappelle qu’elle vaut également pour les Park & Ride, où des interventions de marquage, par exemple, peuvent obliger à une interdiction de stationnement ponctuelle. Alors mieux vaut ne pas y laisser son véhicule avant de partir en vacances.

Combien en coûtera-t-il au propriétaire du véhicule mis à la fourrière ?

Les coûts sont variables mais plusieurs éléments se cumulent et la facture au retour de vacances peut s’avérer salée. Il y a tout d’abord l’amende de 24 € pour stationnement interdit. S’y ajoutent les frais d’enlèvement qui, dépendant de l’heure, varient entre 190 € et 214 €. À ceux-là s’ajoutent des frais de « gardiennage » qui s’élèvent à 20 € par période de 12 heures.

Que peut-on conseiller aux personnes qui n’ont pas de garage ou parking privé avant le départ en vacances ?

Le mieux, c’est d’essayer de trouver pour cette période un stationnement qui ne soit pas sur la voie publique, par exemple chez un proche. Si cela ne s’avère pas possible, alors on peut peut-être laisser ses clés à une personne de confiance qui habite où circule fréquemment dans la rue où on a stationné son véhicule, pour pouvoir déplacer le véhicule au cas où un panneau C,18 ferait son apparition. Car, Christian Guillaume le rappelle, le fait qu’il n’y avait pas de panneau à votre départ en vacances, ne signifie pas qu’il n’y en aura pas un plus tard, plaçant votre véhicule en situation de stationnement interdit. Et enfin : non, on ne peut pas laisser ses clés à la Police grand-ducale pour qu’elle déplace le véhicule en cas de gêne.

 


Vers le haut